Traduction automatique

 
 

 

Une paix constante

« En marchant devant Lui dans la sainteté et dans la justice, tous les jours de votre vie » (Luc 1:75)

Le pasteur Jean de la Fléchère *(Connu aussi sous le nom de John Fletcher) que Wesley considérait comme l'homme le plus saint qui eût vécu depuis les jours de l'apôtre Jean, perdit cinq fois la bénédiction avant d'obtenir définitivement la grâce de la sainteté. Wesley lui-même, déclarait que, d'après ses observations, beaucoup de chrétiens perdaient plusieurs fois cette bénédiction avant d'apprendre le secret de la garder. Si donc, parmi les lecteurs de cet ouvrage, il en est qui font la même constatation, et sont en butte aux assauts de l'ennemi des âmes, si Satan cherche à les persuader qu'ils n'arriveront jamais ni à posséder la sainteté, ni à la garder, laissez-moi les supplier d'essayer encore et toujours.

Vous prouvez votre intention et votre réel désir d'être saints, non pas en rendant les armes après une défaite, mais en vous relevant de chutes nombreuses et en reprenant la lutte avec une foi et une consécration nouvelles. Voilà la manière de remporter le prix et de le garder jusqu'au bout. N'est-il pas écrit: "Cherchez et vous trouverez"? (Mat. 7:7).

 -Mais combien de temps devrai-je chercher avant de l'obtenir?

 -Jusqu'à ce que vous ayez trouvé.

 -Mais si c'est pour le perdre ensuite?

 -Cherchez de nouveau jusqu'à ce que vous le trouviez.

Dieu vous étonnera un jour en vous donnant un si puissant baptême de Son Esprit que toutes vos obscurités, vos doutes et vos incertitudes s'évanouiront pour toujours; désormais vous ne retomberez plus; le sourire de Dieu ne se retirera plus de vous et votre soleil ne se couchera jamais.

Oh frère découragé, soeur abattue, laissez-moi vous presser de regarder à Jésus, de vous confier en Lui, de continuer à chercher, vous souvenant que les retards du Seigneur ne sont point des refus.

Jésus est le Josué qui vous introduira dans la Terre Promise, et pourra terrasser tous vos ennemis devant vous. Ceux qui se découragent au milieu de la défaite, ont encore beaucoup à apprendre, tant sur la dureté et la perfidie de leur propre coeur, que sur la patience, la longanimité et la puissance de Dieu. Ce n'est pas Sa volonté que quiconque l'ayant reçue en arrive à perdre la bénédiction; il est possible de la garder à jamais. Mais comment?

Un de mes anciens condisciples de la Faculté de théologie se rendait un jour à son champ de travail après avoir terminé ses études. Je l'accompagnai à la gare pour lui serrer la main et lui dire peut-être un dernier adieu. Il me regarda et me dit: « Sam, donne-moi un texte qui devienne la devise de ma vie ». J'élevai aussitôt mon coeur vers Dieu pour qu'il m'éclairât. Or, si vous voulez garder la bénédiction, une des choses que vous devez faire constamment, c'est d'élever votre coeur vers Dieu et d'espérer en Lui pour avoir la lumière, non seulement dans les moments critiques et le grands événements de la vie, mais dans les petits détails, même les plus insignifiants en apparence. Vous en acquerrez l'habitude par la pratique, et cela deviendra pour vous aussi naturel que de respirer, aussi important pour votre vie spirituelle que la respiration pour votre vie physique. Restez étroitement en contact avec Dieu si vous voulez garder Sa bénédiction.

Ce matin-là, mon âme était si unie à Dieu, qu'à l'instant, les onze premiers versets de la deuxième épître de Pierre me vinrent à la pensée, non seulement comme une devise à donner à mon ami, mais comme une règle tracée à tous par le Saint-Esprit. En la suivant, non seulement nous pourrons garder la bénédiction et être préservés de chute, mais aussi porter des fruits dans la connaissance de Dieu, et obtenir libre accès dans le Royaume de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ.

Prenez-en note, vous tous qui désirez conserver la bénédiction de la sainteté. Remarquez le verset 4, par lequel l'apôtre déclare que, pour devenir "participants de la nature divine", il faut fuir "la corruption qui existe dans le monde par la convoitise". Voici donc ce qu'est la sainteté: "fuir la corruption" de notre propre coeur et recevoir en échange la nature divine. L'apôtre insiste et recommande aux saints de s'y appliquer résolument. Un homme paresseux, endormi, ne peut conserver la bénédiction, ni même la recevoir, puisqu'il faut, pour la découvrir, la chercher avec zèle, comme un trésor enfoui, et la retenir ensuite avec un soin jaloux. Quelques-uns objecteront: "Une fois sauvé, on l'est pour toujours", mais Dieu ne dit rien de pareil. Il nous engage à veiller, à être sobres, car nous sommes sur le terrain de l'ennemi et ce monde n'est pas ami de la grâce. Si vous aviez pour cinq cent mille francs de diamants dans un pays de brigands, vous veilleriez attentivement sur votre trésor. Or, vous êtes en pays ennemi, vous possédez un coeur pur et "Les arrhes de l'Esprit" (2 Cor. 1 :22) qui sont votre passeport pour le Ciel, votre gage de vie éternelle: veillez donc pour le garder en sûreté.

L'apôtre dit: "Joignez à votre foi la vertu" (2 Pi. 1:5). Vous avez dû croire" aux plus grandes et aux plus précieuses promesses" (v. 4) pour obtenir cette bénédiction, mais vous aurez encore autre chose à ajouter à votre foi pour la conserver. Le mot "vertu" vient d'un vieux mot latin qui signifie courage, et c'est probablement ce qu'il signifie dans ce cas. Il vous faut du courage pour conserver cette bénédiction.

Le diable rôdera autour de vous comme un lion rugissant; le monde vous tiendra rigueur, vous rejettera, vous mettra à mort peut-être. Vos amis vous prendront en pitié ou vous maudiront, vous prédiront toutes sortes de calamités et parfois votre propre chair se révoltera. Alors vous aurez besoin de courage. On prétendait autrefois que je perdais la raison, et cela semblait presque vrai, si intense était mon désir de connaître tout la volonté de Dieu à mon égard. On me disait que je tomberais dans le fanatisme, que je finirais mes jours dans un asile, que je ruinerais ma santé et resterais toute ma vie un invalide, inutile tourment à moi-même et fardeau pour mes amis. L'évêque lui-même, dont l'ouvrage sur la sainteté avait bouleversé mon âme jusqu'en ses profondeurs, insista pour que je parle très peu de cette bénédiction après l'avoir reçue, puisqu'un tel enseignement devenait une cause de division et de trouble.- J'appris, plus tard, qu'il avait lui-même perdu la grâce de la sanctification. -Le diable me présenta, jour et nuit, mille tentations spirituelles auxquelles je n'avais point songé. A la fin, il excita contre moi un mauvais sujet qui me fit presque sauter la cervelle, si bien que, pendant des mois, je demeurai dans un tel état de prostration physique que la pensée d'une simple carte postale à écrire m'épouvantait et m'enlevait le repos de la nuit. Je m'aperçus alors qu'il fallait du courage pour conserver cette "perle de grand prix" (Mat. 13:46); mais, alléluia! "Le lion de la tribu de Juda" (Ap. 5:5), mon Seigneur et Sauveur, est aussi plein de hardiesse et de force que d'amour et de compassion. Dans le Livre qu'Il nous a laissé pour notre édification et notre instruction, Il dit: "Fortifie-toi et prends courage" (Jos. 1:6). Il le déclare ailleurs d'une manière plus énergique encore par ces mots: "Ne t'ai-je pas donné cet ordre: Fortifie-toi et prends courage" (Jos. 1 :9). C'est donc un ordre positif auquel nous sommes tenus d'obéir. Souvent Ille répète et dit soixante-douze fois: "Ne crains point", ajoutant pour nous montrer que nous n'avons rien à craindre: "car je suis avec toi". Gloire à Dieu! S'Il est avec moi, pourquoi craindrais-je? Et pourquoi craindrais-tu, toi aussi, mon camarade?

Quand mon fils était enfant, il avait une grande peur des chiens; la crainte semblait innée chez lui; mais, quand il me tenait la main, il aurait passé crânement à côté du plus gros chien du pays. Dieu a dit:

10 Ne crains rien, car je suis avec toi; Ne promène pas des regards inquiets, car je suis ton Dieu; Je te fortifie, je viens à ton secours, Je te soutiens de ma droite triomphante. 11 Voici, ils seront confondus, ils seront couverts de honte, Tous ceux qui sont irrités contre toi; Ils seront réduits à rien, ils périront, Ceux qui disputent contre toi. Lire la suite 

Celui qui est mort pour nous, Jésus, affirme: "Tout pouvoir m'a été donné dans le Ciel et sur la terre. . . Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde" (Mat. 28:18-20). Pourquoi craindre encore?

Le diable s'y entend pour tromper et ruiner les âmes, mais rappelez-vous que Jésus est "l'ancien des jours" (Dan. 7:13). D'éternité en éternité, Il est Dieu. Il a mis Sa grande sagesse, Son pourvoir éternel à la disposition de notre foi pour notre salut, et certainement ceci doit nous remplir de courage. Etes-vous abattus et effrayés? Redressez-vous et dites hardiment avec le roi David qui, plus qu'aucun de nous, avait des raisons de s'inquiéter et de s'effrayer:

2 Dieu est pour nous un refuge et un appui, Un secours qui ne manque jamais dans la détresse. 3 C'est pourquoi nous sommes sans crainte quand la terre est bouleversée, Et que les montagnes chancellent au coeur des mers, 

Une des expériences de David m'a été d'un grand secours. Il eut un jour à fuir loin de Saül qui le poursuivait pour lui ôter la vie. Il se retira au pays des Philistins, où il demeura dans un village que le roi lui donna. Puis les Philistins prirent les armes contre Saül, et David se joignit à eux. Mais les Philistins le renvoyèrent, craignant que dans la mêlée il ne se tournât contre eux. Lorsque David et ses hommes arrivèrent chez eux, ils découvrirent que des ennemis avaient détruit et brûlé leur ville, emporté tous leur biens, ainsi que leurs femmes et leurs enfants. Fous de douleur, ces hommes parlèrent de lapider David. Il y avait certes de quoi s'effrayer, mais la Bible dit: "David reprit courage en s'appuyant sur l'Eternel, son Dieu". Lisez vous-mêmes ce récit, et voyez de quelle manière Dieu l'aida à rentrer en possession de tout ce qu'il avait perdu (1 Samuel 30).

Pour moi, je suis résolu à rester plein de courage. Dieu m'a délivré de mes propres frayeurs et de celles de mes amis. Il a mis en déroute mes ennemis. Il s'est montré plus fort que mes adversaires, et Il m'a mis à même, par Sa puissance, Sa bonté et Son amour infinis, de marcher devant Lui dans la sainteté depuis plus de quarante ans.

Samuel Logan Brengle | Enseignemoi.com